American Center France
Français  |  English

The hub for france-american exchange

Culture & Société >> Cuisine
Un héritage commun : le vin français
L'histoire du vin aux Etats-Unis remonte à 1680, lorsque des huguenots français tentèrent de cultiver des vignobles en Caroline du Sud. Mais ce fut Thomas Jefferson qui galvanisa l'histoire d'amour du pays avec les vins français.
The American Library in Paris | Ann Mah

Jeune ambassadeur du gouvernement à Paris, de 1784 à 1789, il eut amplement l'occasion de déguster les meilleures bouteilles de France. De retour aux États-Unis, il fit expédier à la Maison Blanche des caisses de Bordeaux, Sauternes et Champagne pour que les fameux crus soient servis aux dîners d'Etat. Jefferson se lança aussi à titre expérimental dans la viticulture, en élevant des vignes européennes dans sa propriété de Monticello, en Virginie.
 

 

Dans les années 1870, lorsqu'un minuscule insecte jaune dévasta les vignobles d'Europe, ce furent les vins d'origine américaine qui les sauvèrent. Appelé phylloxera, le minuscule insecte attaqua les ceps de vigne, se propageant à travers le vignoble français au rythme de 64 km par an. En 1881, des chercheurs de l'université de Montpellier découvrirent que les vignes américaines résistaient au phylloxera et les viticulteurs français commencèrent à greffer leurs cépages sur les souches du nouveau monde, mettant fin à l'épidémie et sauvant la production de vin français. En remerciement, les Français invitèrent les producteurs de vins américains à présenter leurs vins à l'Exposition Universelle de 1889 où ils engrangèrent vingt prix.


Toutefois, entravée par la « prohibition » (période pendant laquelle les boissons alcoolisées étaient interdites à la vente aux États-Unis) la production de vin américain ne prit de l'essor qu'à partir des années 60. Les viticulteurs californiens adoptèrent les techniques de production françaises en y incorporant des méthodes issues de la recherche américaine. En 1976, la légendaire Dégustation de Paris ébranla les fondations de la suprématie française en matière de vins. Lors d'une dégustation à l'aveugle, un jury composé des plus grands experts français en vins déclara les vins californiens supérieurs aux bouteilles françaises du même cépage. La décision choqua la profession, en plaçant les crus américains au même niveau que leurs homologues français.

Depuis les années 70, la production de vins s'est développée aux Etats-Unis à un rythme exponentiel, avec 47 états sur 50 s'enorgueillissant de leurs exploitations viticoles. L'intérêt des Américains pour les vins, à la fois de l'ancien et du nouveau monde, a suscité l'émergence d'éminents critiques américains, tel Robert Parker. Ses classifications annuelles ont une telle influence qu'elles ont régulièrement des retombées sur les prix, en particulier sur ceux de ses cépages préférés, les Bordeaux. Les classifications de Parker ont aussi modifié les techniques de production du vin, à la fois aux États-Unis et en France, conduisant de nombreux producteurs à modifier leurs méthodes de viticulture afin de «Parkeriser» leurs vins et de s'attirer les faveurs du critique.

Aujourd'hui, la France comme les Etats-Unis figurent parmi les cinq premiers pays producteurs de vins dans le monde — la France se maintient parmi les trois premiers, tandis que les USA fluctuent entre la quatrième et la cinquième place. En tout état de cause, le vin reste un point clé des relations commerciales franco-américaines : les États-Unis sont le plus grand importateur au monde de vins et spiritueux français, tandis que le vin américain est l'une des importations dont la croissance est la plus rapide en France.

 
 
 
 

  THE AMERICAN LIBRARY IN PARIS


© U.S. Embassy Paris 
© U.S. Embassy Paris

 
Comité de pilotage
Recherche avancée